Cours de religion |

Onglets principaux

Mission

Le cours de religion catholique est un cours confessionnel : il se réfère à la foi chrétienne dans la tradition catholique. Il propose de travailler l’intelligence de la foi chrétienne, sa cohérence ainsi que l’éclairage apporté par la foi chrétienne aux grandes questions humaines. Le cours de religion catholique ne peut être un lieu d’endoctrinement. Il ne peut pas non plus être confondu avec la catéchèse qui, dans le cadre ecclésial, s’adresse à des personnes partageant la foi des chrétiens. Il ne se limite pas à un enseignement de connaissances religieuses, toujours nécessaires cependant.

Le cours de religion catholique s’adresse à des élèves dont la position personnelle par rapport à la foi chrétienne est diverse : le cours rencontre ainsi des chrétien(ne)s engagé(e)s ou non, en recherche, autrement croyant(e)s, non croyant(e)s en Dieu, se disant athées, agnostiques, indifférents. Prenant en compte cette pluralité, le cours de religion catholique respecte l’option et la recherche de chaque élève, tout en offrant les conditions, particulièrement sur le plan intellectuel, qui permettent aux élèves de se situer librement et en connaissance de cause face au fait chrétien dont personne, par ailleurs, ne peut nier l’importance historique et socioculturelle.

Enfin, le cours de religion catholique est un lieu de rencontre de divers courants de pensée et de diverses traditions religieuses. S’il travaille en priorité l’intelligence et la pertinence chrétiennes, ce cours ouvre aussi à l’intelligence d’autres traditions morales, philosophiques et religieuses. Cette ouverture à la pluralité et à l’altérité philosophiques et religieuses permet non seulement de rencontrer l’autre différent, mais encore d’élargir et de mieux comprendre une identité et une tradition particulières.

Un cours à part entière

Comme pour les autres cours, il a un programme, des inspecteurs, des subsides et il est une matière obligatoire ainsi que le précise l’article 108 du «Décret définissant les Missions prioritaires de l’Enseignement » (1997) : «Les résultats obtenus en religion ou en morale non confessionnelle sont pris en compte au même titre que les autres résultats dans les délibérations des conseils de classe. » Cette situation implique que le cours de religion assume pleinement les exigences de toute activité scolaire et s’inscrive dans la perspective des objectifs assignés à l’école par la société. (art. 6 du Décret «Missions»).

L’enseignant de religion est donc soumis aux mêmes exigences que tout enseignant. Comme ses collègues, il sera soucieux de respecter les orientations pédagogiques (pédagogie d’intégration, développement des compétences etc…) et les prescriptions dictées par l’institution scolaire en général et son établissement en particulier. Il participera aux réunions, concertations, conseils de classe et délibérations certificatives.

Comme tous les enseignants du réseau libre, le professeur de religion est engagé et nommé par le pouvoir organisateur de l’école qui lui propose une charge, sur proposition de l’autorité religieuse ou moyennant son accord, nous y reviendrons au point suivant.

La question du visa

Ce 24 août 2016, un Arrêté de Gouvernement, relatif à l’attribution du visa pour le cours de religion, a été adopté. Cet AGCF modifie les règles anciennement en vigueur pour l’attribution du visa.

  • Tout maître spécial ou professeur de religion nouvellement désigné doit disposer du visa au moment de son engagement. Il doit en faire la demande au délégué épiscopal, par envoi recommandé. Une réponse lui sera donnée dans les 20 jours calendrier.

Concrètement donc : un maître spécial ou un professeur de religion qui n’a jamais assuré ce cours et donc jamais reçu de visa, doit adresser sa demande – par envoi recommandé, à l’adresse ci-dessous :

 

Claude Gillard

Délégué épiscopal pour l’enseignement

Avenue de l’église Saint-Julien, 15

1160 Auderghem

 

Un rendez-vous lui sera donné et, le cas échéant, le visa lui sera remis au terme d’un entretien avec le délégué épiscopal. Pour rappel, le visa est donné afin garantir le caractère confessionnel du cours de religion. C’est donc sur ces aspects confessionnels que portera l’entretien avec cet enseignant.

  • Tout maître spécial ou professeur de religion qui a été engagé à titre temporaire ou nommé à titre définitif avant le 1° septembre 2016 est réputé avoir le visa.

Concrètement donc : un maître spécial ou un professeur de religion qui a déjà assuré ce cours et donc a déjà obtenu le visa, ne doit pas en faire, à nouveau, la demande puisque ce visa figure déjà sur le contrat qui a été signé avec lui lors de son engagement précédent.

  • Le visa est donné de manière définitive dès l’entrée en fonction ; à l’exception des enseignants qui sont engagés sur base d’un titre de pénurie non listé. Pour eux, le visa reste temporaire et lié à la durée de leur contrat.

Personnes de contact

Claude Gillard
Délégué épiscopal Malines-Bruxelles
Laurence Mertens
Secrétaire du délégué épiscopal - Secrétaire académique